La meilleure habitude de votre vie démarre aujourd'hui !

Je vous écris un mail quotidien à haute valeur ajoutée pour vous transformer pendant 60 jours

 

1. Vous définissez votre lifestyle personnalisé, à contre-courant des mensonges du système


2. Vous travaillez sur votre mindset de futur entrepreneur : STOP aux arnaques et aux regrets


3. Alerte : piège à éviter... La fausse loi de l'attraction, et l'attitude à adopter pour créer votre succès


4. Comment tout exploser sur votre passage, concrétiser vos objectifs et réaliser vos rêves


 

➽ Pour VOUS, gratuitement et sans engagement.

Une fois votre inscription validée, vous obtiendrez ces bonus supplémentaires :

  • 30 fiches résumés de l'ensemble de mes articles de blog : vous allez à l'essentiel

  • Ma légende personnelle, module 1 : faites le point sur votre parcours

  • 107 Questions en OR pour changer votre vie : la pépite que vous allez adorer


Tous les hommes meurent, mais PEU ont VRAIMENT VÉCU ! Pourquoi retirer les enseignements de nos AÏEUX…

 

Une compilation de témoignages en soins palliatifs

Ah, ce fameux choc de générations ! Qu’il est dur de se comprendre.

Entre vieilles personnes qui ont connu une réalité dépassée, et une jeunesse qui connaît un monde accéléré, des révolutions sans précédent (informatisation, monde connecté, ère numérique, …)

 

Oui, mais il est désormais temps de voir les bienfaits de notre époque.

Une époque où l’information n’a jamais été aussi facilement accessible, où des études sociales à grandes échelles ont été menées sur plusieurs décennies.

 

Une accompagnatrice de personnes en fin de vie, Bronnie Ware, tint compagnie à plusieurs personnes pendant les 3 à 12 semaines précédant leur décès.

Des témoignages l’ont énormément touché et l’ont mené à créer un site web pour partager ses expériences de partage.

 

Elle relate :

« Les gens évoluent beaucoup quand la mort approche. J’ai appris à ne jamais sous-estimer la capacité d’un patient à mûrir.

Certains changements furent vraiment phénoménaux.

Tous firent l’expérience de diverses émotions, comme le déni, la peur, la colère, les remords et encore plus de déni et, finalement, l’acceptation.

Chacun de ces patients – sans exception – trouva la paix en lui avant de quitter ce monde.

Quand on les interrogeait sur les regrets éventuels qu’ils éprouvaient ou les choses qu’ils auraient faites différemment, certains thèmes faisaient surface de manière répétée. »

 

 

Les cinq principaux regrets que les gens expriment sur leur lit de mort.

 

1. J’aurais souhaité avoir le courage de mener une vie qui me correspondait au lieu de mener celle que d’autres attendaient de moi.

« C’était le regret le plus commun.

Quand les gens réalisent que leur vie est presque finie et qu’ils la contemplent rétrospectivement, ils voient clairement les nombreux rêves envolés, ceux qu’ils n’ont pas réalisés.

La plupart des gens n’ont même pas accompli ne serait-ce que la moitié de leurs rêves et sont partis en sachant que cela était dû aux choix qu’ils avaient fait ou n’avaient pas fait.

Il est très important au cours de nos vies d’essayer de réaliser au moins une partie de nos rêves. Parce que quand vous perdez votre santé, c’est trop tard.

La santé apporte une liberté que trop peu de gens comprennent, cela jusqu’au moment où ils la perdent. »

 

 

2. J’aurais voulu ne pas avoir à travailler aussi dur.

« Ce regret fut exprimé par tous les patients masculins dont j’ai pris soin, sans exception.

Ils ont manqué la jeunesse de leurs enfants et la compagnie de leurs partenaires.

Les femmes aussi exprimèrent ce regret. Mais la plupart étaient d’une ancienne génération. Beaucoup de mes patientes n’avaient pas dû assurer le pain quotidien de la famille.

Tous les hommes dont j’ai pris soin – des pères nourriciers – ont profondément regretté d’avoir passé autant de temps au moulin comme on dit, à un travail routinier. »

En simplifiant son style de vie et en faisant des choix conscients au long de sa route, il est possible de comprendre que l’on n’a pas besoin d’un salaire ou d’une rémunération aussi élevée qu’on le croit.

Et en créant plus d’espace dans votre vie, vous serez plus heureux et ouvert à des occasions plus appropriées à votre style de vie.

 

 

3. Je voudrais avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments.

« Beaucoup de gens ont fait l’impasse sur ce qu’ils ressentaient afin de rester en paix avec leur entourage.

Par effet de conséquence, ils se sont créés une existence médiocre et ne devinrent jamais ce qu’ils étaient capables de devenir.

Beaucoup développèrent des maladies – en relation avec leur amertume et le ressentiment qu’ils éprouvaient.

Nous ne pouvons pas contrôler les réactions d’autrui.

Cependant, même si au début ceux qui vous entourent peuvent réagir de manière pénible quand vous changez d’attitude, notamment en leur parlant honnêtement, l’effet au bout du compte est positif : cela renouvelle et élève la relation, la porte à un niveau plus sain.

Ou, si ce n’est pas le cas, cette démarche vous libère d’une relation malsaine dans votre vie. Dans tous les cas vous en sortez gagnant. »

 

 

4. J’aurais voulu rester en relation avec mes amis.

« Souvent ces patients ne réalisèrent pas pleinement l’importance de leurs vieux amis jusqu’à leurs dernières semaines et il n’était pas toujours possible de les retrouver.

Beaucoup de gens ont été tellement pris par leur vie qu’ils ont laissé des amitiés précieuses s’éloigner au fil du temps.

Ils éprouvèrent de profonds regrets de ne pas avoir donné à ces amitiés le temps et l’attention qu’elles méritaient.

A l’approche de la mort, tout le monde ressent le manque de ses amis.

Quand on mène une vie très occupée, il est courant de laisser filer des amitiés.

 

Mais quand vous êtes face à votre mort prochaine, les détails physiques de la vie s’éloignent.

Les gens veulent régler leurs affaires financières autant que possible.  Mais ce n’est ni l’argent ni le statut social qui revêt une véritable importance pour eux dans ces moments-là.

Ils veulent mettre leurs affaires en ordre avant tout pour le bénéfice de celles et ceux qu’ils aiment.

Mais le plus souvent ils sont trop malades et affaiblis pour réaliser cette tâche.

 

Tout ramène finalement à l’amour et aux relations.

C’est tout ce qui reste pendant les dernières semaines : l’amour et les relations. »

 

 

5. J’aurais voulu me rendre plus heureux moi-même.

« C’est un regret très courant et surprenant.

Beaucoup ne réalisèrent pas avant leurs derniers jours que le bonheur était un choix. Ils sont restés enfermés dans de vieux schémas et habitudes.

Le soi-disant « confort », la force de l’habitude, ont pris le contrôle de leurs émotions et de leur vie physique.

La peur du changement les a amenés à convaincre autrui aussi bien qu’eux-mêmes qu’ils étaient satisfaits de leur vie.

Pourtant, en profondeur, ils auraient désiré pouvoir encore rire vraiment et jouir d’un peu d’insouciance dans leur vie, à nouveau. »

Quand vous êtes sur votre lit de mort, ce que les autres pensent de vous est bien loin de votre esprit.

Comme c’est merveilleux de pouvoir se laisser aller et sourire à nouveau, bien avant de mourir.

 

La vie est un choix. C’est VOTRE vie.

Choisissez en pleine conscience, choisissez sagement, honnêtement.

Choisissez le bonheur !

 

Sources :
– Ce que je n’ai pas appris à l’école mais que j’aurais bien voulu, Jamie McIntyre

– Référence du site web de Bronnie Ware (en anglais) : http://bronnieware.com/ 

Bronnie Ware est l’auteur de « The Top Five Regrets of the Dying – a life transformed by the Dearly Departing »,

 

Pascal Degut
 

Pascal vous partage son évolution dans son parcours de web-entrepreneur. Son objectif : devenir indépendant avec ses projets ! Il fédère une communauté positive et guidée par ses conseils. Pour rejoindre les privilégiés, souscrivez à sa newsletter quotidienne.

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 commentaires

Laisser un commentaire :