La meilleure habitude de votre vie démarre aujourd'hui !

Je vous écris un mail quotidien à haute valeur ajoutée pour vous transformer pendant 60 jours

 

1. Vous définissez votre lifestyle personnalisé, à contre-courant des mensonges du système


2. Vous travaillez sur votre mindset de futur entrepreneur : STOP aux arnaques et aux regrets


3. Alerte : piège à éviter... La fausse loi de l'attraction, et l'attitude à adopter pour créer votre succès


4. Comment tout exploser sur votre passage, concrétiser vos objectifs et réaliser vos rêves


 

► Pour VOUS, gratuitement et sans engagement !

Et pour vous remercier de votre confiance, vous pourrez télécharger tous mes bonus une fois inscrit :

  • 30 fiches résumés de l'ensemble de mes articles de blog : vous allez à l'essentiel

  • Ma légende personnelle, module 1 : faites le point sur votre parcours

  • 107 Questions en OR pour changer votre vie : la pépite que vous allez adorer


Comment le QUADRANT DU CASHFLOW de l’expert financier Robert Kiyosaki va BOULEVERSER votre vision de l’argent…

 

Présentation de l’auteur

 

Robert Kiyosaki est un entrepreneur multimillionaire américain, investisseur immobilier spécialisé dans l’achat d’immeubles.

Il a fondé la Rich Dad Company, une école de techniques d’investissement, et professeur d’éducation financière.

 

Enfin, il est auteur de plus d’une dizaine de livres best-sellers, les plus connus étant Père Riche, Père Pauvre et Le Quadrant du Cashflow.

Ce dernier a d’ailleurs été repris pour un jeu de société basé sur l’investissement.

Robert Kiyosaki

 

Je vous conseille vivement ces deux livres, surtout si vous démarrez en développement personnel et en liberté financière.

Consacrer une poignée d’heures à leur étude est un investissement de votre temps extrêmement rentable, qui va vous permettre d’atteindre la liberté financière beaucoup plus rapidement.

Je vous rédige dans les parties suivantes une chronique du Quadrant du Cashflow.

 

Un parcours forgé par deux figures contrastées

S’il a pris sa retraite à 47 ans, Kiyosaki n’a pourtant pas toujours connu la fortune : il était même SDF avant ses 40 ans !

Il se débattait pour fonder son entreprise, convaincu des principes qu’il éduque maintenant à tous !

 

Kiyosaki a été influencé par deux figures : son père, et l’ami de son père.

Dès son enfance, Kiyosaki a remarqué que les deux hommes avaient des notions très différentes concernant l’argent.

 

Le père de Kiyosaki, qui deviendra plus tard le “père pauvre” dans ses livres, était très éduqué et avait obtenu un bon diplôme pour se procurer un emploi stable.

Au contraire, l’ami du père, qui deviendra lui le “père riche”, pensait qu’il fallait acquérir une indépendance vis-à-vis du système, une fois son diplôme obtenu. Il était plus important de se concentrer sur la création d’une entreprise personnelle et l’acquisition de capitaux.

 

Kiyosaki a écouté ses deux mentors et a pu acquérir une vision inhabituelle de l’argent dès son plus jeune âge !

De son père pauvre, il a reçu sa passion de l’éducation ; de son père riche, il a reçu la compréhension de ce qui touche au business et à l’investissement.

 

 

L’importance du développement personnel

Kiyosaki traite évidemment de développement personnel dans ses ouvrages, car pour espérer attirer plus d’argent, il faut devenir plus, il faut ÊTRE plus.

Ci-dessous un aperçu des différents niveaux où se situe l’humain, du niveau le plus superficiel au plus profond :

importance du développement personnel

Physique = corps

Mental = esprit

Émotionnel = émotions

Spirituel = âme 

 

Pour Kiyosaki, l’échec du système éducatif actuel et la mauvaise santé financière des occidentaux trouvent leur source dans le même problème.

Notre société n’entretient que le développement du mental alors qu’elle ignore complètement les aspects physique, émotionnel et spirituel, qui sont tout aussi fondamentaux.

L’objectif du système éducatif n’est autre que de nous mettre dans des moules, d’uniformiser les connaissances alors que chaque personne est unique.

Ce système était adapté à l’ère industrielle mais ne l’est plus aujourd’hui.

 

Je rappelle ci-dessous quelques noms de personnalités connues et qui ont bouleversé le monde.

Elles ont pourtant laissé tomber les études très jeunes, car elles craignaient que le système ne les formate et ne les empêche de créer leur propre entreprise :

  • Thomas Edison, General Electric
  • Henry Ford, Ford Motor Co
  • Steve Jobs, Apple
  • Bill Gates, Microsoft
  • Walt Disney, Disney
  • Mark Zuckerberg, Facebook

 

 

Le Quadrant du Cashflow de Kiyosaki

Rentrons à présent dans le vif du sujet !

Voici le Quadrant du Cashflow :

quadrant du cashflow

  • E : Employé
  • T : Travailleur autonome ou propriétaire d’une petite entreprise
  • P : Propriétaire d’une grande entreprise
  • I : Investisseur 

 

Dans quel cadrant êtes-vous ?

Vous pouvez vous situer dans ce quadrant, c’est très simple : cherchez d’où provient la majorité de vos revenus.

S’il provient d’un salaire, vous êtes un E.

Si vos revenus sont les bénéfices engrangés par votre entreprise personnelle, vous êtes un T.

Si vous êtes propriétaires d’une grande entreprise (ou d’un business automatisé sur lequel vous n’avez pas à consacrer du temps pour le maintenir en vie ou le voir fleurir) vous êtes un P.

Enfin, si vous êtes rentier et que vous vous entrenez par vos investissements (immobilier, bourse : actions ou options, etc.) vous êtes un I.

 

Les subtilités du quadrant

À première vue, ce schéma paraît plutôt simple !

Comprenez-le comme un modèle efficace qui explique une réalité bien plus subtile et complexe.

 

Soyons clair, il n’y a pas de meilleur quadrant.

Il est tout à fait possible de réussir et d’acquérir l’indépendance financière dans chacun d’entre eux.

 

Un même métier peut d’ailleurs se situer dans les 4 quadrants.

Prenons l’exemple d’un médecin :

  • Un médecin qui travaille dans un hôpital est un E.
  • Celui qui a monté sa propre affaire (son propre cabinet) est un T.
  • Le propriétaire d’une clinique qui comporte plusieurs autres médecins salariés est un P
  • Enfin, un médecin qui a mis de côté une part importante de son revenu et l’a fait fructifié peut tout à fait devenir un I en fin de carrière.

 

 

La mentalité intrinsèque à chaque quadrant

Ce qui est par contre très important de comprendre est qu’un changement de quadrant DOIT s’accompagner d’un changement de mentalité.

Un mot peut susciter l’intérêt chez une personne alors que ce même mot peut en rebuter une autre.

Pour être un grand leader, vous devez maîtriser l’art d’écouter et l’habileté des mots.

 

Exemple : le mot “risque” est stimulant chez un I, mais appréhende un E.

  • Le E recherche la sécurité financière : il a peur d’être licencié et fera tout pour rechercher une situation stable.
    Il est souvent à la recherche d’avantages sociaux, car il pense mériter recevoir une récompense additionnelle.

 

  • Le T aime être autogestionnaire, devenir son propre patron.
    Le T réagit à la peur en cherchant à prendre le contrôle de la situation. Il n’aime pas être dépendant des autres et de fait, n’aime pas déléguer.
    Il est souvent perfectionniste et isolé.

 

  • Le P au contraire adore déléguer, et se doit de devenir un bon leader pour tirer le meilleur parti des personnes qu’il recrute depuis les 4 quadrants.
    Au contraire du T qui peut être tyrannique, le P reçoit plus s’il est généreux envers son équipe. Il peut quitter à tout moment son entreprise et la voir plus florissante que jamais après 1 an.

 

  • Le I a appris l’investissement et est devenu son terrain de jeu, car c’est ici que l’argent devient fortune.

 

Évoluer du côté gauche du quadrant au côté droit

Pour rappel, aucun quadrant n’est meilleur.

En revanche, le constat est clair : 95% des personnes sont emprisonnés dans le salariat et travaillent pour accomplir les rêves d’un autre, dans l’espoir de réunir assez d’argent pendant la retraite.

 

La compétition pour monter dans l’échelle organisationnelle des E est souvent épuisante, et ne laisse que frustration.

Un E est telle une abeille qui butine d’emploi en emploi suivant un cycle de 5 ans : satisfait de sa situation à chaque embauche, il commence à se monter contre son patron ou contre le travail qu’il doit effectuer en à peine quelques années.

Quant aux T, ils travaillent souvent 60-70 heures/semaine, frôlent le burnout et la faillite pour souvent échouer.

 

9 sur 10 échouent après 5 ans. La cause d’échec majeure est le manque d’expérience pour générer un système viable et gérer les capitaux.

Puis sur les “survivants”, 9 sur 10 échouent encore après 5 autres années, souvent à cause d’un manque d’énergie du fait de l’épuisement lors des 5 premières années.

Soit 99% en 10 ans.

 

Résumé

  • E : vous avez un emploi
  • T : vous vous êtes créé un emploi
  • P : vous possédez un système et vous avez des employés
  • I : l’argent est à votre service 

 

Kiyosaki appelle à changer de quadrant : du côté gauche (E ou T), il faut passer au côté droit (P ou I).

 

J’estime ne pas me tromper quand je prétends m’adresser à une majorité écrasante de E et de T parmi mes lecteurs.

Je suis moi-même E, bien que j’aie l’objectif de devenir un P et plus tard un I, grâce à mes formations en entrepreneuriat et éducation financière.

Vous connaissez désormais le quadrant du cashflow, et pourquoi il est important de rechercher à évoluer vers le côté droit de celui-ci afin de viser l’indépendance financière.

 

 

Le piège du succès

Les E et T suivent schéma d’endettement qui les poursuit toutes leurs vies.

 

Un schéma de vie tracé d’avance

C’est l’histoire d’un couple qui cherche à vivre ensemble et qui se réjouit de ne payer plus qu’un loyer au lieu de deux.

Une grande maison est achetée. Pourquoi ne pas vivre le rêve américain (ou un conte de fées) ? Le couple s’endette pour s’offrir ce bonheur illusoire.

 

Vient bientôt le temps d’avoir un ou plusieurs enfants. Le train de vie augmente pour subvenir aux besoins des enfants et au besoin de confort croissant.

Le couple travaille d’arrache-pied car il est à moins de 3 mois de la faillite à tout moment de sa vie.

 

Il rentre alors dans le piège du succès : à force de travail, l’homme comme la femme obtiennent des promotions dans leur travail.

Plus de rémunération, mais qui s’accompagnent de davantage de responsabilités, et donc de stress.

 

La famille a de meilleures rentrées d’argent, mais moins de temps libre pour en profiter ou voir grandir ses enfants.

Et plus d’argent, plus d’impôts à payer !

Il n’y a donc pas d’enrichissement notable.

 

Enfin, les enfants deviennent adultes et quittent le nid.

Le couple, épuisé, se retrouve avec une grande maison vide, et doit continuer de travailler pour couvrir les dépenses.

La fin (loin d’être si heureuse que dans les Disney !)

 

L’Etat et les banques entretiennent la dépendance au système avec l’endettement

Vous n’êtes pas aidés par le système financier qui vous offre des cadeaux empoisonnés…

Le gouvernement offre souvent à ces citoyens des réductions d’impôts afin d’encourager l’endettement.

De même, les banquiers conseillent trop souvent aux gens de s’endetter, ce qui est à l’intérêt des banques pour lesquels ils travaillent, mais en aucun cas des particuliers.

 

Attention aux impôts et à l’endettement.

Pourvoir à ses besoins avec moins d’argent chaque mois vous permet de devenir indépendant plus rapidement.

Travaillez sur votre discipline pour résister aux tentations de notre société matérialiste.

Le côté droit du quadrant du cashflow permet justement de protéger ses hauts revenus par des moyens légaux de réduire sa part d’impôt à payer

 

 

Une évolution pas à pas

(Empruntée par Bill Gates et plein d’autres !)

Kiyosaki ne préconise pas un changement drastique du côté gauche vers le côté droit.

Vous pouvez jouer le jeu du caméléon et avoir deux jambes d’appui.

Vous profitez des deux côtés du quadrant et prenez confiance en vous pendant votre développement !

C’est la démarche que j’ai décidé de suivre : j’ai démarré mon entreprise à temps partiel. J’ai également pratiqué une activité de MLM et me suis intéressé à des plans d’investissement.

 

La voie de l’enrichissement rapide

De E ou T, devenez un P, puis un I.

voie de l’enrichissement rapide

Vous devez essayer de bâtir une entreprise qui ne dépend pas de votre travail personnel et qui génère de l’argent à votre place.

Une fois que l’entreprise génère des revenus conséquents, le P que vous êtes devenu apprend à investir ses revenus intelligemment.

 

Privilégiez d’abord le quadrant P :

  • Expérience et éducation
    Si vous réussissez en tant que P, vous avez de meilleures chances de devenir un I puissant, car vous aurez appris à développer un bon sens des affaires.
    Les I investissent dans les entreprises des P qui ont réussi : il y a donc besoin de savoir les reconnaître.
    Bonne nouvelle : il n’a jamais été aussi simple de réussir dans le quadrant P grâce à la technologie (facilité de créer un système, plus de détails en fin d’article).

 

  • Marge brute d’autofinancement
    Une fois que vous êtes P, vous bénéficiez de temps libre et d’une sérénité financière pour vous faire la main dans le quadrant I.
    Beaucoup de E et T passent dans le rouge en cas de problème.
    Apprendre coûte de l’argent dans le I. Une fois que vous avez la connaissance, plus besoin d’avoir de l’argent pour générer de l’argent !

 

Les secrets des grandes fortunes

  • TA : temps des autres
  • AA : argent des autres

 

Différenciez richesse, qui est une situation de confort ; et fortune, qui est une situation où vous n’avez plus besoin de travailler pour subvenir à vos besoins.

  • Richesse = réussite financière
  • Fortune = liberté financière

 

La définition de la fortune est la suivante : “le nombre de jours pendant lesquels vous pouvez survivre sans travailler physiquement et conserver votre niveau de vie habituel.”

La fortune se mesure en TEMPS et non en dollars.

 

L’important n’est pas la quantité d’argent que vous gagnez, mais celui que vous conservez.

Si une hausse de revenus s’accompagne d’une hausse de dépenses, vous ne vous enrichissez pas !

 

 

3 bilans financier : riche, classe moyenne et pauvre

Le secret pour transformer votre richesse en fortune est de convertir votre marge brute d’autofinancement (cash-flow) en éléments d’actif corporel (bien immobilier et actions) qui augmentent cette marge.

Non seulement ces biens génèrent une plus-value immédiate, mais en plus la valeur de ces biens s’accroît avec le temps.

Si vous convertissez cette marge dans les bons actifs et pendant une période de temps soutenue, vous créez les fameux intérêts composés dont je vous ai déjà parlé dans des articles précédents !

 

Votre bilan financier contient l’ensemble de vos revenus et de vos dépenses, ainsi que l’ensemble de vos actifs et de vos passifs.

Voici 3 bilans financiers :

  1. d’une personne qui s’enrichit

  2. d’une personne de la classe moyenne

  3. d’un pauvre

 

Sur le bilan financier d’un P ou d’un I, vous pouvez constater que ses actifs lui permettent de générer des revenus.

Revenus qui seront à leur tour utilisés pour acheter de nouveaux actifs.

C’est un véritable effet boule de neige qui s’opère !

bilan financier d'un riche

 

 

Chez un individu de classe moyenne, le cashflow est foncièrement différent.

Premièrement, son unique source de revenus provient de son emploi, car il n’a pas acquis dans des actifs qui pourraient lui apporter des compléments de revenu.

Deuxièmement, il continue de ne pas le faire. Son revenu est détruit dans l’acquisition de passifs qui se dévalorisent au fil des années (voiture, produits de haute technologie).

bilan financier d'une classe moyenne

 

Kiyosaki définit ce phénomène comme le cycle infernal d’amélioration de vie, ou « Rat Race » .

Imaginez une souris qui doit courir de plus en plus vite dans sa roue afin d’être capable de suivre la vitesse de rotation de cette dernière.

Vitesse qui a justement accéléré à cause de la course de la souris !

 

En bref, une personne de la classe moyenne a tendance à travailler de manière acharnée sans s’enrichir.

Elle reste dépendante de son salaire et se donne l’illusion de devenir riche en achetant des produits de riche. Elle est dans “l’avoir” plutôt que dans “l’être”.

 

 

Enfin, voici le bilan pour une personne pauvre.

Le schéma est simplifié par rapport à un individu de la classe moyenne : les revenus suffisent tout simplement à couvrir les dépenses vitales (nourriture, vêtements, remboursement de dettes)

bilan financier d'un pauvre

 

 

Votre bilan personnel aujourd’hui ? Choisissez entre la pauvreté et la richesse

Quand je dis tout ça, ça peut peut-être vous effrayer, tant vous avez du chemin à parcourir …

D’un confident à l’autre, j’aurai probablement eu la même réaction que vous il y a à peine un an de cela.

Et j’aurais eu tort !

Car j’aurais minimisé la plasticité incroyable du cerveau humain. Vous pouvez rattraper le train en marche si vous vous en donnez les moyens.

 

Ce que je propose de faire n’est pas facile, sinon tout le monde serait entrepreneur et investisseur à succès… en revanche la recette est simple.

Si vous avez toujours peur, au moins cela veut dire que vous êtes désormais conscient de ce qui ne va pas dans votre vie : félicitations, vous avez fait une étape du chemin !

Le surpassement des peurs est une étape essentielle pour évoluer !

 

Il faut bien comprendre la phrase suivante, et je pense déjà bien l’avoir expliqué dans mes articles sur le management de temps personnel :

« La seule différence entre une personne riche et une personne pauvre est ce qu’elle fait de son temps libre. »

 

Étudiez avec moi les différentes options :

  • Vous choisissez le côté gauche du quadrant : vous avez à vous former régulièrement pour vous mettre à jour sur les nouvelles technologies afin de continuer à demeurer productif et embauchable => dans le meilleur des cas, vous travaillez dur toute votre vie
  • Vous choisissez le côté droit du quadrant : vous avez à vous former UNE fois, car les lois du succès (création de business ou de système) sont intemporelles => vous avez une chance de trouver la liberté financière lorsque vos compétences sont suffisantes.

 

Mauvaise nouvelle pour les paresseux : quel que soit la voie que vous choisissez, vous devrez de toute façon continuer à apprendre.

Pour ceux qui n’aimaient pas étudier à l’école, je vous rassure : c’est complément différent !

L’autodidaxie, ou l’art d’apprendre par soi-même, est beaucoup plus paisible et épanouissant, sans un climat de crainte de vous tromper ou d’obtenir des mauvaises notes 🙂

 

 

Les 3 systèmes pour monter votre entreprise

Pour acquérir la liberté financière le plus facilement possible, vous devez emprunter la voie de l’enrichissement rapide :

  1. passer de E ou T, à P
  2. passer de P à I

Votre but est de devenir propriétaire d’un système et de diriger des employés qui feront fonctionner ce système pour vous, puis de vivre de votre rente.

 

2 ou 3 faillites ne sont pas impossibles avant de connaître la réussite.

Voici ce que Kiyosaki raconte sur le succès :

« Le succès est un piètre professeur : c’est lorsque nous échouons que nous apprenons le plus sur nous-mêmes, alors n’aie pas peur d’échouer.
L’échec fait partie intégrante du succès.
On ne peut réussir sans échouer. »

 

La partie difficile pour ériger une entreprise repose sur 2 variables :

  • La création d’un système viable et suffisamment puissant pour créer de l’argent
  • Les gens qui bâtissent ce système.

 

Voici 3 modèles de création d’entreprise qui ont fait leur preuve :

  • Entreprise traditionnelle de type C (créer son propre système)
  • Franchise (acheter un système)
  • Marketing relationnel (devenir membre d’un système existant)

 

Un rapide cours d’histoire sur les franchises :

Jusqu’à très récemment, il n’existait que des entreprises traditionnelles :

  • des grandes entreprises (empires familiaux) dont l’éducation de gestion administrative était transmise de père en fils
  • ou des petites entreprises familiales, sans existence d’intermédiaire entre les deux.

 

Les franchises ont commencé à naître aux États-Unis il y a à peine 50 ans !

Les premières impressions de certaines personnes ont été de les désigner de la manière suivante : “illégales, frauduleuses et dangereuses.”

Peu de personnes ont prédit que le franchisage était la nouvelle vague.

La suite est de l’histoire : qui n’a jamais entendu parler de McDonalds, de Starbucks, … ?

 

Le secret de McDonald’s

Beaucoup de personnes ne comprennent pas le business de McDonald’s et le qualifient d’insolent. Pourtant, le succès n’est jamais immérité.

Certes, McDonald’s vend un produit en somme basique et de piètre qualité, cela je ne le nie pas !

Il n’est pas dans mon système de valeurs de promouvoir cette entreprise, mais je considère que nous avons tous quelque chose à apprendre de n’importe qui.

 

En revanche, McDonald’s a créé un système qui lui permet de servir des millions de burgers chaque jour.

Ce “petit” détail est le pilier du succès de la boîte au clown : c’est un business contre lequel les meilleurs cuisiniers du monde ne peuvent lutter !

 

Son fondateur Ray Kroc n’a aucune prétention quant au business de la cuisine.

Il s’est contenté de racheter l’entreprise familiale aux frères McDonald’s, car il avait découvert que ceux-ci avaient mis au point un procédé de fabrication de hamburger à la chaîne,

Ensuite, il a multiplié ce restaurant qui écrasait systématiquement la concurrence à travers les Etats-Unis.

 

D’ailleurs, à une rencontre avec des étudiants, Ray Kroc a demandé à ces derniers quelle était la véritable nature de son business : les étudiants n’ont pas trouvé la réponse…

Réponse : l’immobilier.

Cela vous paraît sans doute évident dès que vous avez la réponse sous les yeux.

Chaque McDonald’s est implanté dans les meilleures rues de chaque ville.

Cela permet non seulement une promotion facile des hamburgers de McDonald’s, mais aussi le maintien d’un haut rendement immobilier, qui nourrit l’ouverture de nouveaux restaurants de par le monde.

Pour ceux qui souhaitent avoir plus d’informations, il existe une biographie de Ray Kroc, non traduit en français mais récemment adaptée au cinéma : Grinding It Out: The Making of McDonald’s.

 

 

Le marketing de réseau : cas particulier ?

Le marketing relationnel repose sur un concept simple : plutôt que de payer des frais de publicité et de distribution importants, l’entreprise établit un réseau de consommateurs fidèles qui gèrent eux-mêmes la promotion du produit à leur proches.

Pas vraiment.

De manière tout aussi ironique, l’histoire s’est répétée très exactement vis-à-vis des franchises : les premières personnes à se positionner ont donc récolté les fruits de leur expertise, alors que ceux qui les traitaient d’illégales ont bien été forcés de revoir leur jugement.

Le marketing de réseau existe depuis 40 ans aux États-Unis, c’est un business qui a fait solidement ses preuves.

Qui n’a jamais entendu parler ni de Tupperware (matériel de cuisine), d’Amway (maison, beauté, bien-être) ou de Herbalife (produits nutritionnels et de perte de poids) ?

 

A l’heure actuelle, le marketing relationnel est une des méthodes en pleine croissance dans le domaine de la distribution de produits.

En 2015, ce n’est pas moins de 500 milliards d’euros en produits et services qui ont été distribués annuellement par des entreprises de marketing relationnel.

 

Cette structure d’entreprise est trop souvent mal comprise, et c’est dommage parce qu’une expérience dans un réseau de MLM est extrêmement enrichissante.

Est-il éthique de faire de recommander un produit sur lequel on touche des commissions d’affiliation ?

La question reste ouverte à des débats sans fin…

 

Personnellement je ne vois aucun mal à parler de quelques opportunités que j’ai moi-même testées et dont je suis entièrement satisfait.

Et bien que j’aie arrêté le MLM, je reste persuadé que cette expérience est un excellent départ pour un projet entrepreneurial.

 

 

Quel modèle d’entreprise choisir ? Analyse complète

Il y a donc 3 façons de devenir rapidement un P :

 

1. Trouver un mentor :

Quelqu’un qui a réalisé ce que vous voulez faire, avec succès.

Attention, un mentor n’est pas un conseiller, car ce dernier vous explique comment faire les choses sans les avoir appliquées lui-même. (exemple : votre banquier)

Conseiller = T
Mentor = P

Faites preuve de prudence lorsque vous demandez conseil à quelqu’un.

Gardez l’esprit ouvert et soyez toujours conscient du quadrant d’où proviennent ces conseils.

 

Il y a également une différence entre gestion du personnel et leadership.

Un gestionnaire considère son subordonné comme un être inférieur, alors que les leaders dirigent des gens plus intelligents qu’eux.

 

 

2. Achat d’une franchise :

Il est difficile pour un T de posséder une franchise, car il veut faire sa propre affaire.

Lors de l’achat d’une franchise, vous devez vous contenter d’être un E et d’appliquer les règles du concepteur du système (souvent mal comprises au moment de la signature du contrat, ce qui provoque de fréquentes batailles juridiques entre franchisés et franchiseurs).

 

La franchise n’est pas un système de réussite garantie : elle peut faire faillite si les associés ne sont que des E et T et ne savent quoi faire en temps de crise.

C’est pourquoi un P est plus qu’un système : il gère les personnes qui ont les compétences requises pour gérer ce système.

 

Néanmoins, le système est déjà créé, ce qui permet de vous consacrer sur le développement des ressources humaines.

Souvenez-vous que les banques ne prêtent pas d’argent à ceux qui veulent monter leur entreprise alors que leur système est bancal.

Souvent, ceux qui cherchent du financement n’arrivent pas à faire la différence entre un produit et le système.

 

Si vous souhaitez vous lancer dans une franchise, ne lancez pas de partenariat avec une entité qui a peu d’expérience dans la création et la gestion d’un système d’affaires.

Même si le produit, le projet ou la personne vous plaisent !

Le système DOIT être fiable et opérationnel à 100%. 

 

Un avion est un système de systèmes, le corps humain est un système de systèmes.

Dans les deux cas, chaque système dépend du bon fonctionnement de plusieurs sous-systèmes connectés entre eux.

Un système d’affaire est voué à l’échec, si plusieurs de ses sous-systèmes sont oubliés ou négligés au départ.

 

 

3. Entreprise de marketing relationnel (ou commercialisation à paliers multiples, ou organisme de vente directe en réseau par cooptation) :

D’abord interdites par le système judiciaire aux US, de nombreuses entreprises ont par la suite ouvert leur marché.

Il est possible de rentrer dans ces entreprises suivant un droit d’inscription minime : 200€ (franchise personnelle + packs de produits afin de pouvoir les tester), contrairement à 10k€ pour une franchise.

Mais comme en franchise, vous pouvez vous lancer immédiatement !

 

Ces entreprises possèdent un système automatisé grâce aux progrès en matière de traitement de l’information (paperasserie, traitement des commandes, distribution, comptabilité et suivi).

L’avantage principal de ce système est la FACILITÉ de lancement (contrairement à l’entrepreneuriat classique qui requiert des connaissances et des capitaux importants).

Pendant son intégration, l’affilié apprend et se forme auprès de sa upline (ses leaders qui l’ont invité dans l’opportunité).

Pour trouver une bonne entreprise de MLM, vous devez faire la sélection entre celles qui :

  • veulent que vous vendiez des produits à vos amis
  • investissent dans votre éducation financière et vous aident à réussir : celles qui appuient l’être humain avant le vendeur.

 

2 facteurs de réussite sont nécessaires dans le démarrage de cette activité :

  • surmonter la crainte d’être rejeté
  • cesser de se préoccuper de ce que les autres vont dire à votre sujet.

« Ce que vous pensez de moi, cela ne me regarde pas.
Ce qui compte, c’est ce que je pense de moi-même. »

 

Quant au développement de l’activité, vous devez apprendre à diriger les membres de votre équipe, à communiquer avec eux et être capable de les inspirer par vos actions.

En MLM, le temps a de la valeur : vos efforts sur le court terme se traduisent par des revenus sans exploitation active (donc, passifs) à long terme.

 

 

Bien choisir son entreprise de MLM

Voici les critères de sélection d’une bonne entreprise de MLM selon Kiyosaki :

  • Entreprise florissante dont le système de distribution et le système de rémunération ont fait leurs preuves pendant des années
  • Sphère d’action attrayante
  • Programmes de formation continue, avec accent sur le développement personnel
  • Entreprise dotée d’un bon programme d’encadrement. Apprendre auprès de leaders et non de conseillers
  • Entreprise composée de gens que l’on respecte et dont la compagnie nous est agréable

Si ces 5 critères sont respectés, Kiyosaki vous donne le feu vert pour vous pencher sur le produit.

Considérez systématiquement le système avant le produit lorsque vous souhaitez rejoindre un business de MLM.

 

Si une entreprise met en avant que son produit se vend tout seul, elle s’adresse au vendeur en vous : le T.

Vous voulez monter un business et devenir un P.

 

Donc, fuyez !  Soit c’est une arnaque, soit c’est une entreprise au business fragile.

Cela vous permet de faire le tri entre les amateurs et les professionnels.

 

 

Conclusion : mon étude de cas

Privilégiez l’entrepreneuriat à la vente : lors de mon expérience de MLM, je ne me suis pas occupé de créer un compte eBay ou Amazon pour vendre mes produits.

En revanche j’ai consacré du temps à me former par la lecture de quelques livres incontournables, et par l’écoute de programmes audio.

J’ai appris à ÊTRE un entrepreneur et un leader.

 

Et dans le domaine “technique”, j’ai développé ces compétences en même pas un an:

  • créer un blog
  • animer une fan page Facebook
  • créer et diffuser du contenu régulier sur ces plateformes
  • me rendre visible sur le net avec des outils web-marketing
  • créer une liste d’affiliation
  • mettre en place un autorépondeur
  • créer un business entièrement automatisé (funnel de vente)

Voici, pour moi, la définition d’un travail intelligent.

 

Et si je mets le mot “technique” entre parenthèses, c’est parce que le mot n’a plus de sens avec la facilité d’utilisation d’Internet.

Jadis, il était très difficile d’apprendre la mise en place d’un système.

Aujourd’hui, n’importe qui (même vous !) pouvez devenir millionnaire avec une simple connexion Internet.

 

Alors, vous passez à l’action ?

Pascal Degut
 

Pascal est spécialiste dans le dépassement du quotidien et le mindset du succès. Il crée des blogs pour vous aider à dépasser vos pensées limitantes et adopter les meilleurs habitudes de vie. La rédaction d’articles de haute qualité pour vous apporter de la valeur, c’est sa passion !

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 commentaires

Laisser un commentaire :